Edito

Le printemps de l’enjeu climatique à Namur

Le printemps. A l’heure de rédiger ces pages, la douceur printanière est vivement attendue après une météo hivernale pour le moins déréglée. Pourtant, les signes du printemps sont déjà là à Namur. Les fleurs et les arbres bourgeonnent, ce qui réjouit particulièrement le service espaces verts de la Ville qui a prévu de nouveaux projets cette année encore pour fleurir et développer la biodiversité dans nos parcs et jardins. Le printemps c’est aussi, et déjà, la préparation de la rentrée scolaire dans nos belles et dynamiques écoles communales dont nous vous proposons le portrait dans ce numéro.

Le printemps, c’est aussi la période du renouveau. Et à ce niveau-là, le vent souffle dans les rues de Namur depuis plusieurs mois. Depuis décembre, des centaines des jeunes se sont joints à la mobilisation nationale et ont battu le pavé, rencontré le Collège, pris la parole au Conseil communal,  mis sur pied des groupes de travail au sein de leurs écoles. Leur objectif ? Faire bouger les autorités sur la question climatique. A Namur, nous avons souhaité répondre à cette mobilisation de manière concrète. Ce 28 mars, se déroulait une matinée participative consacrée au climat en présence de délégués des écoles secondaires. Elle a permis de faire émerger une série de propositions concernant la Ville et les jeunes eux-mêmes. C’est une première étape. L’objectif est d’avancer, ensemble, sur ces questions.

Le printemps rime avec mobilisation et espoir sur l’enjeu climatique à Namur !

Li prétimps qu’on vout chaper l’ planète

Au momint qu’ dji scrî cès paudjes-ci, nos ratindans todi l’ doûceû do bon timps, après qu’ l’iviêr a stî po l’ mwins´ dismètu dins sès-abitudes.
Èt portant, à Nameur, on vwèt d’djà bin qui l’ prétimps aboule.
Lès fleûrs èt lès-aubes ridjètenut d’djà ; qui ça faît bin plaîji aus djins dèl Comune qui boutenut po qu’ nosse vile riglatiche, todi bin vète et florîye. Ca zèls, i trovenut tofêr dès novèles èt bonès-idéyes po nos pârcs èt djârdins, èt planter one banseléye di fleûrs èt d’aubes, tchwèsis po fé v’nu totes sôtes di p’titès bièsses  – dès cènes qui volenut èt d’s-ôtes qui fougnenut.

Li prétimps, c’è-st-èto – dji dîreûve bin : c’èst d’djà – l’eûre di sondjî à-z-apontî, po l’anéye qui vint, nos scoles comunâles. Tot lîjant l’ârtike qui vos lès présinte, vos vièroz come èle sont bèles èt si télemint vikantes.

Li prétimps, c’è-st-èto l’ momint d’ l’anéye qui tot ravike èt s’ rimète à noû. Èt, tot causant d’ ça, on pout dîre qui ça faît saquants mwès qui l’ vint sofèle dins lès reuwes di nosse vile.
Dispû l’ mwès d’ décimbe, dès cintin.nes di djon.nes ont r’trové tos lès cias qui s’ rachonenut pa t’t-avau l’ Bèljique, èt criyî qu’ nosse têre toûne mau. Il ont roté dins lès reuwes di Nameur, rèscontré l’ Coléje comunâl, èt mète su pîd dès raploûs dins leûs scoles, po tûzer à tot ça.

À Nameur, nos l’zî avans v’lu rèsponde tot fiant one saqwè. Tote li matinéye do 28 di maus´, nos-avans rachoné dès-èlèves d’umanités, èvoyîs pa leûs scoles po causer à leû place. Foû di ç’ raploû-là, one masse di plans ont skèpî, po l’ Comune èt po lès djon.nes zèls-minmes.

C’è-st-on prumî scayon. Ci qu’ nos v’lans, c’èst d’avancî, tortos èchone, po trover lès bonès rèsponses.

À Nameur, li prétimps rime avou : si rachoner po bouter èchone, èt : èspwêr po chaper nosse têre !

PATRICIA GRANDCHAMPS,
Échevine de la participation
li scabine dèl Participâcion