Social

La Ville et les associations mobilisées pour accueillir les plus démunis

 Dossier : Céline Van Rompaye – Aline Lottin – Valérie Sacchi

Tout au long de l’année, et particulièrement lors des périodes de grand froid, de nombreux services sont offerts aux personnes sans domicile vivant dans les rues namuroises. Ces services garantissent les droits fondamentaux de tout un chacun. Des lieux de refuge où il est possible de prendre repas ouvrent leur porte, certains le jours, certains la nuit. De nombreuses associations permettent de prendre une douche, de laver ses vêtements et surtout d’être écouté et de maintenir du lien social. 

La situation particulière de crise sanitaire que nous vivons actuellement dans notre pays et dans le monde a entrainé des décisions et des mesures contraignantes mais essentielles pour réduire la propagation du covid-19 et assurer la santé de chacun et chacune. La fermeture des écoles, des cafés et restaurants et de tous les événements publics le 12 mars dernier a aussi entrainé d’autres initiatives qui ont eu un impact direct sur les personnes vivant en rue. Les centres de jours ont fermé leurs portes pour protéger leurs bénévoles relativement âgés et vulnérables. Les SDF bénéficient toujours d’un repas offert mais ils et elles n’ont plus la possibilité de le savourer sur place… Ces mesures ont chamboulé la vie des sans-abris ne pouvant accéder à leurs lieux de refuges habituels et continuer à assurer leurs besoins primaires. 


Ne laisser personne au bord du chemin

Pour pallier ces fermetures et réorienter ce public déjà fragilisé, la Ville soucieuse de tous ses habitants et habitantes s’est mobilisée plus que jamais pour apporter son aide à ce public et continuer à leur garantir les droits fondamentaux. 

Dès le lundi 16 mars, une réelle mobilisation et une union sacrée se sont mises en place entre la Ville de Namur, le CPAS de Namur, le Relais social urbain namurois et l’ensemble des acteurs namurois du social pour faire face aux défis sociaux engendrés par cette crise sanitaire. 

Le personnel communal et le personnel du CPAS ont été mis à contribution pour exercer de nouvelles missions. Ces personnes travaillent désormais en rue pour soutenir et accompagner ce public fragilisé. Les équipes distribuent les repas, assurent la livraison des colis de première nécessité, gardent une oreille attentive pour écouter et maintenir le lien, rappellent les règles sanitaires et restent très attentifs aux symptômes du virus chez ces personnes afin de pouvoir les réorienter au besoin. 

©Georges Michaux